Uncategorized

Chemin des moines de Bonnecombe à Bernac (Tarn). Quatrième épisode : Cap- Découverte à Bernac samedi 17 octobre 2020

Une petite équipe de huit marcheurs s’est retrouvée, samedi 17 octobre 2020, sur le parking de Cap-Découverte, baigné par le brouillard. Petite équipe, mais motivée, et décidée à parcourir la dernière étape du « Le chemin des moines de Bonnecombe à Bernac » commencé en mai 2015.

Jean Verdier, grande pythie de la météo, nous avait conseillé ce jour- là comme étant le plus propice pour passer une journée en plein air afin de parcourir les 14,2km qui nous séparaient de Bernac.

Après un détour par la petite église romane de  Saint-Jean-le-froid, nos pas nous ont conduits au village de Mailhoc où nous avons pu admirer le monumental clocher de l’église.

La fontaine Saint-Eloi, sous Mailhoc, était le lieu choisi pour le pique-nique. Martine Houdet qui n’était pas disponible pour la marche du matin nous y a rejoints en nous apportant le soleil.

Nous avons suivi le chemin étudié par Martine dans son livre : « Sur le chemin des moines » longeant de magnifiques champs de terres riches qui fournissaient autrefois le blé à Bonnecombe.

A 15 h nous avons atteint notre but : La grange de Bernac où avec Georges Mazars, le propriétaire, et Martine nous avons réglé quelques petits détails pour samedi prochain le 24 octobre jour de notre Assemblée générale.

Merci à toute l’équipe des marcheurs cisterciens et à tous ceux qui nous ont accompagnés pour une, deux, trois ou quatre étapes le long de ce parcours d’environ 80km qui nous a conduits de Magrin (Lafon) à Bernac.

Départ de Cap-Découverte le 14 octobre sous le brouillard Photo CeR
Sur le chemin des moines près de Bernac sous le panneau : chemin des moines Photo CeR

Sur le chemin des granges fortifiées de l’abbaye de Bonneval, de La Vayssière à Galinières. Troisième étape : Samedi 12 septembre 2020

Marche des Bourines  en direction de  Galinières arrêt à Coussergues.

Nous étions 24 marcheurs au rendez-vous devant les porcheries du  domaine des Bourines, prêts à parcourir la dernière étape du « chemin des granges fortifiées du Causse » qui nous  a conduits  à Coussergues.

Ce parcours d’un peu plus de 8 km avait été étudié  par Jean-Marie Malgouyres, président d’honneur de la Fédération Française de la Randonnée Pédestre qui a travaillé à nos côtés pour le circuit des granges fortifiés du Causse et que nous remercions.

Claude Petit au départ nous a fait partager avec enthousiasme ses grandes connaissances de la domerie d’Aubrac et de ses granges dont la ferme des Bourines était le fleuron. Cette intervention a été très appréciée car de nombreux participants n’avaient pas pu se joindre à nous le 19 octobre 2019, lors de la visite organisée par Cisterciens en Rouergue aux Bourines.

Le chemin s’est déroulé sans difficultés en longeant la riche vallée de la Serre au gré des explications données par Jean-Marie et Cathy. Thomas Poiraud qui étudie avec Jean Verdier et Jean- Pierre Azéma (spécialiste des moulins) le cours de la Serre et ses aménagements hydrauliques, nous a apportés de très intéressants compléments d’information.

Nous sommes arrivés à Coussergues en passant devant la chapelle Notre- Dame des sept douleurs où reposent les membres de la famille Clauzel de Coussergues. En effet Coussergues est la patrie de cette famille anoblie vers 1754. Ses ancêtres s’illustrèrent dans des fonctions épiscopales, d’état ainsi que dans des mandats locaux dont la mairie jusqu’en 2008. Des membres de cette famille furent les fermiers de Galinières.

Un petit détour dans le village nous a permis de voir les deux clochers :

La première église fut construite en 1352 mais peu de temps après, l’évêque de Rodez la fit détruire pour protéger son château de Palmas. En 1356, elle fut reconstruite. Au XVème siècle, le clocher-peigne fut édifié et grâce à la présence de bretèche, elle devint une église fortifiée. Au XIXème siècle, le clergé, par peur d’une nouvelle Révolution, fit construire de nouvelles églises et détruisit les anciennes. Aujourd’hui, seul le clocher témoigne de l’ancienne église. La nouvelle église, fut édifiée à la fin du XIXème siècle et réalisée par l’architecte Henri Pons.

Le pique- nique a été partagé sur les bords ombragés de la Serre juste après le petit pont romain.

Il nous reste 3 km à parcourir pour atteindre Galinières. Ce sera programmé au printemps prochain juste avant la visite de cette grange emblématique de l’abbaye de Bonneval.

12 septembre départ des Bourines, tous attentifs aux explications de Claude Petit

samedi 5 septembre 2020 Tour de Ruffepeyre, 12390 Mayran Groupe de Recherche sur Beaulieu Groupe de Recherche sur Ruffepeyre

Environ 25 membres de Cisterciens en Rouergue et du CMN se sont retrouvés à Ruffepeyre, accueillis par NR, animateurs des deux groupes de recherche de CeR.
L’après midi a commencé par un pic nic à l’ombre des noyers.
Puis, réunis au rez- de chaussée de la tour, nous avons d’abord présenté les travaux du groupe de recherche sur Beaulieu ; son cadre est la convention signée avec le CMN en janvier dernier.
NR a tout d’abord annoncé le dernier projet du groupe de recherche: la réalisation par Alain VENTURINI (en collaboration si possible avec Jean DELMAS, dont ce fut l’idée) de l’édition d’un cartulaire pour Beaulieu d’ici la fin 2021. Une première pour CeR et projet tellement essentiel pour une association d’étude cistercienne !
Benoit GRECOURT, administrateur de l’abbaye de Beaulieu qui s’est déplacé depuis Montauban a présenté le projet de refonte et réouverture du musée d’art moderne pour le printemps 2022 en saluant l’accord de partenariat entre le CMN et CeR pour la recherche et la médiation autour de l’histoire et de l’architecture de l’abbaye.
Anaïs FAINE, technicienne des bâtiments de France au CMN a ensuite présenté le fichier excell d’inventaire des sources et archives sur Beaulieu, sur lequel travaillent en commun CeR et le CMN.
Puis Philippe BLONDIN a présenté la thèse de Jean-Pierre Jouve, document exceptionnel qu’il va falloir finir de numériser et légender avant de préparer son édition dans le cadre de la convention signée avec JPJ il y a trois ans.
Puis NR a présenté un diaporama retraçant les 5 événements de recherche qui ont eu lieu autour de Ruffepeyre depuis l’été 2018 (la dendrochronologie, l’étude des textes et archives, l’étude du bâti et l’archéologie du bâti, l’étude des peintures murales, l’étude de Ruffepeyre avec Belcastel, Anglars et Saint- Félix, autres sites dépendant de Bonnecombe) puis a présenté la méthodologie employée et le programme d’étude suivi et enfin Alain LEBRU a clôturé les travaux du groupe par sa présentation des résultats de l’étude de Dendrochronologie et du jeu concours lancé en août 2018. Scarlett BONHOURE est la gagnante du prix qui consistait à estimer la date d’abattage de deux poutres et probablement la date de construction de la tour soit entre 1309 et 1339.
NR a tenu à remercier tous ceux et celles qui ont participé aux travaux  et aidé depuis l’été 2018: Thierry ADHUMEAU, Albert BIBAL, Philippe BLONDIN, Scarlett BONHOURE, Marie-France BOU, Laurent FAU, Alain GILBERT, Philippe GRUAT, Pierre HERAIL, Alain LEBRU, Jacques MIQUEL, Geneviève MOLES, Claude PETIT & Alain VENTURINI.
Il reste maintenant à choisir un autre site et, parmi la liste du programme d’étude qui a été testé à Ruffepeyre, voir ce qu’il est possible de réaliser dans ce nouveau site !
Geneviève MOLES, membre des deux groupes d’étude a offert le pot de fin de journée.
Merci à Benoit GRECOURT & Anais FAINE, Philippe BLONDIN et Alain LEBRU pour leur présentation lors de cette dernière session à Ruffepeyre.

NR.
A Ruffepeyre le 5 septembre 2020

Cisterciens en Rouergue confinés du 16 mars 2020 au 11 mai 2020

La pandémie qui s’abat actuellement sur le monde nous contraint à la suspension de notre programme associatif.

Pour la sécurité de tous les rencontres prévues sont suspendues et seront reportées dès que possible.

Ainsi seront reportées les rencontres suivantes:

18 avril 2020 : visite de Galinières , et marche des Bourines à Galinières

16 mai 2020 : Ruffepeyre – Bilan du travail effectué à Ruffepeyre le matin. Où en est-on à Beaulieu l’après midi

12 juin 2020 : Chemin des moines de Bonnecombe à Bernac (Tarn). Suite et fin. Chemin de La Découverte à Bernac.

13 juin 2020 : Assemblée Générale à Bernac (dans le Tarn entre Gaillac et Albi).

12 septembre 2020 : Quatrième Journée d’étude de Cisterciens en Rouergue à l’auditorium des Archives Départementales, et Inauguration de l’exposition : « Les abbayes cisterciennes du Rouergue et leurs domaines de la Révolution à nos jours ».

 Sortie en octobre : Fontfroide et sa grange de Fontcalvy. Visite de Narbonne.

Prenez soin de vous et à très bientôt

Chemin des moines de Bonnecombe à Bernac (Tarn) Troisième épisode : De Bar à La Découverte

Le 29 février 2020 départ de Bar, ancienne grange de l’abbaye de Bonnecombe ( CeR)

Le 29 février 2020 au matin, nous étions 19 au rendez-vous à Bar (Tarn) sur le site de l’ancienne grange monastique de Bonnecombe, bien décidés à parcourir les 18 km programmés, malgré les intempéries prévues à partir de 13 h  que nous prédisaient les différents sites de météo maintes fois consultés.

Le ciel dégagé au départ nous a donné du cœur à l’ouvrage et les nombreux échanges avec les uns et les autres nous ont portés d’étape en étape, où fidèlement Monique, qui avait très bien étudié le parcours, nous attendait avec sa Kangoo,  prête à offrir café et en cas, pour réconforter les troupes.

Le franchissement du Céroc, gonflé par les pluies des derniers jours, s’est fait pour les plus hardis sur un poteau électrique jeté en travers du ruisseau, les autres ont pu traverser  sur un pont de palettes confectionné par Claude.

A midi il ne pleuvait toujours pas… la Kangoo qui portait les pique-niques nous attendait en bordure du Cérou, à l’abri du vent, avec pliants, apéritif et café.

Le parcours de l’après-midi à travers les lotissements et les jardins de la banlieue de Carmaux nous a permis de profiter des premières fleurs du printemps bien en avance dans le Tarn par rapport à l’Aveyron.

Enfin déjouant tous les pronostics, nous sommes arrivés secs, au bord de La Découverte où se perd notre chemin, englouti par l’exploitation du charbon et maintenant, par le parc de loisir qui lui a succédé.

Tout le travail pratique de repérage du chemin a été réalisé par Jean Verdier aidé par Martine Houdet, historienne de Bernac, coauteur du livre : «  Sur le Chemin des Moines »  ( Centre d’animation socio-culturel et sportif 81350 VALDERIES), qui est pour nous une grande source d’inspiration.

Merci à tous pour la bonne ambiance qui nous a accompagnés toute la journée, et au 12 juin 2020 pour reprendre le fil de notre chemin des moines vers Bernac.

Sur le Chemin des Moines cisterciens en Rouergue à Carmaux, le 29 février 2020 (CeR)

Programme 2020

4 janvier 2020 : Epiphanie à Bonneval. Rendez-vous à 14 h 15 dans l’église de Bonneval.

29 février ou 7mars 2020 (selon le temps) : Chemin des moines de Bonnecombe à Bernac (Tarn). Suite. De Bar à La Découverte. (18 km).

CHEMIN DES MOINES DE BONNECOMBE (Aveyron) A BERNAC(Tarn)

 Nous voulons retrouver le chemin que les moines de Bonnecombe parcouraient pour rendre visite à leurs granges du Tarn : Bar près de Tanus et Bernac proche de Gaillac. Les moines mettaient plusieurs jours pour aller de Bonnecombe à Bernac . Il nous aura fallu quelques années… mais on va terminer.

  • En mai 2015 nous sommes partis de la grange de Lafon (Magrin au dessus de Bonnecombe) et nous sommes arrivés à Bonnefon (Naucelle).
  • En octobre 2017 nous avons été de la grange de Bonnefon (Naucelle) à Bar (Tanus).

Nous ne pouvons pas aller de Bar à Bernac en une seule traite. Le chemin des moines passait au niveau du site de la Découverte (Carmaux) qui est au milieu du parcours, d’où l’idée de faire encore deux étapes : de Bar à La Découverte puis de La Découverte à Bernac.

18 avril 2020 : visite de Galinières reportée au 12 septembre 2020

Le matin : Troisième étape du chemin des granges fortifiées du Causse Comtal : Chemin des Bourines à Galinières (10 km) le matin.

CIRCUIT DES GRANGES FORTIFI2ES DU CAUSSE COMTAL

 Repas et visite de Galinières : point sur l’étude archéologique en cours Y.- O. et Annie Denoual.

12 juin 2020 : Chemin des moines de Bonnecombe à Bernac (Tarn). Suite et fin. Chemin de La Découverte à Bernac (15 km). Reportée au 23 octobre 2020

13 juin 2020 : Assemblée Générale à Bernac (dans le Tarn entre Gaillac et Albi). Reportée au 24 octobre 2020.

Le matin visite de Bernac et de la chapelle De ND de  Roumanou (Cestayrols).

12 septembre 2020 : Reportée au 12 juin 2021 Quatrième Journée d’étude de Cisterciens en Rouergue à l’auditorium des Archives Départementales, et Inauguration de l’exposition : « Les abbayes cisterciennes du Rouergue et leurs domaines de la Révolution à nos jours ».

 Sortie en octobre : Annulée Fontfroide et sa grange de Fontcalvy. Deuxième jour pour ceux qui le veulent : visite de Narbonne.

Programme provisoire. Trois semaines avant chaque sortie vous recevrez les explications détaillées. D’autre part nous n’avons pas encore les dates des futures communications.

Vous remarquerez qu’il y a quelques marches. Elles sont toujours organisées pour que les non marcheurs puissent nous rejoindre dans la journée ou le lendemain.

Deuxième étape du chemin des granges fortifiées du Causse: de Gillorgues aux Bourines, grange de la Domerie d’Aubrac.

Les Bourines, granges de la Domerie d’Aubrac Photo CeR

Nous nous étions quittés à Gillorgues,  le 11 Mai 2019, sous une pluie battante, après avoir parcouru la première étape de notre chemin des granges fortifiées du Causse qui nous avait conduit de La Vayssière à Gillorgues , après une « halte gastronomique » à Seveyrac. Treize courageux marcheurs se sont retrouvés le 19 octobre 2019 au matin sur la place du village de Gillorgues devant le presbytère, bien décidés à parcourir la deuxième étape de notre chemin, c’est à dire les 10km prévus pour arriver vers midi aux Bourines.

Guidée par Jean Marie Malgouyres, président d’honneur du comité départemental FFR de l’Aveyron, qui nous a aidé dans la détermination de l’itinéraire, la balade sur de beaux chemins et sous un ciel clément, a été ponctuée par de nombreuses haltes qui nous ont permis d’admirer le domaine des terrasses de Majorac, et d’avoir un point de vue sur le château de Tholet, la chapelle des pénitents de Gabriac et d’évoquer le village de Banc.

Toute l’équipe est arrivée aux Bourines dans les temps, contente de pouvoir partager le pique nique bien mérité. Des tables ont été dressées dans les porcheries magnifiquement restaurées par l’association des « Bourines en Rouergue ».

Claude Petit, notre spécialiste de l’Aubrac, avait organisé  la suite de la journée avec la visite des Bourines, grange de la Domerie d’Aubrac. Le petit groupe de marcheurs s’est agrandi par l’arrivée d’adhérents curieux de parfaire leurs connaissances acquises durant la belle journée  passée sur l’Aubrac le 29 septembre dernier.

Claude nous a expliqué le fonctionnement de ce grand domaine et les chiffres sont impressionnants : Au XVIIIè siècle le domaine était décrit comme comptant 17 paires de bœufs, 700 hectares plus 300 hectares de montagnes, et possédant un troupeau de brebis proche du millier de bêtes…                        

Christine Presne, co-présidente avec Didier Combret de l’association des « Bourines en Rouergue », nous a rejoints. Elle nous a présenté le travail de l’association et avait apporté en exclusivité pour « Cisterciens en Rouergue » de grands plans du domaine des Bourines sur toile datés de 1815.

Puis Mr et Mme Dauty nous ont fait aimablement visiter le château dans lequel la plupart d’entre nous n’étaient jamais rentrés. C’est vrai que découvrir la tour grenier de l’intérieur est surprenant et au pied de ce monument on se sent petit et écrasé par la puissance des Doms. Une magnifique mise au tombeau en pierre du XIVème siècle initialement située dans la chapelle, se trouve maintenant à l’église de Cayssiols, nous essaierons d’aller la voir…

Nous avons terminé la journée en mesurant le travail de l’association des « Bourines en Rouergue », qui est l’artisan de la mise en valeur des abreuvoirs, de la charreterie et de l’aire de battage.

Nous avons tous été rapatrié à Gillorgues, où fourbus mais contents, nous nous sommes quittés après avoir partagé de bonnes bières fraîches, amenées, fort judicieusement par nos fidèles amis du sud Aveyron : Michel et Anne Lise Augais.

Merci à Claude Petit pour l’organisation de cette journée très réussie où le beau temps ne nous a pas quittés, déjouant toutes les prévisions pessimistes.

Merci à Jean Marie Malgouyres, à Christine Presne, à Mr et Mme Dauty et à tous pour votre participation et pour l’ambiance toujours amicale. Rendez-vous pour la troisième étape du chemin des granges fortifiées du Causse qui nous conduira des Bourines , chez nos voisins d’Aubrac, à chez nous les cisterciens  à  Galinières….L’année prochaine.

Devant l’aire de battage de la charreterie aux Bourines Photo CeR

A la découverte de la Domerie d’Aubrac et de ses granges le 28 Septembre 2019

Cisterciens en Rouergue devant la Domerie d’Aubrac le 28 septembre 2019 . Photo CeR

Nous étions une quarantaine de participants, samedi dernier, sur la place d’Aubrac, lieu du rendez-vous, un peu surpris par le brouillard et la température bien fraiche qui contrastait avec celle de nos «vallées». Mais le soleil est arrivé rapidement et nous a réchauffé ensuite jusqu’au soir.

 Claude Petit, organisateur de cette journée, nous recevait sur ses terres et il nous a guidé et fait partager ses connaissances avec passion jusqu’au soir.

Bien sûr, nous connaissions tous la Domerie d’Aubrac, fondée en 1120,  mais Claude a su nous en faire comprendre l’organisation et les particularités par rapport à l’ordre cistercien. La visite s’est poursuivie dans l’église de la fin du XIIème dont la voûte est d’origine puis par les bâtiments restants de  l’hôpital, actuellement propriété privée, enfin par la tour des Anglais construite durant la Guerre de Cent Ans en 1353. Nathalie Blondel Baur, du jardin botanique de l’Aubrac,  nous a conduit en haut du clocher, élevé en 1454,  pour admirer la cloche des perdus, refondue en 1772, et sa belle inscription latine.

Nous avons rejoint à pied le buron de Régambal bas, propriété de Jean Yves et d’Anne Rieucau, en suivant une large draye et en traversant les prés sans y rencontrer de vaches, car la sécheresse avait contraint Jean Yves à avancer la date de descente des troupeaux qui est normalement le 13 octobre, fête de la saint Gérault. Nous étions un public attentif, à l’endroit idéal pour écouter Claude et Jean Yves évoquer la transhumance, l’histoire et l’architecture des burons, la vie dans les burons ainsi que les transformations survenues au cours du temps.

Didier Combret et Christine Presne, nos amis des Bourines nous ont présenté à la fin du repas une belle collection d’objets  traditionnels : outils de travail ou cadeaux  offerts à l’occasion des mariages.

L’après midi a débuté par la visite de la grange de Bonnefon, qui était après le domaine des Bourines le plus important domaine de l’hôpital d’Aubrac. La tour à l’origine crénelée, édifiée au XVème, protégeait  la «  Grande grange ». En 2009, le propriétaire actuel sous les conseils de Mr Causse, architecte des bâtiments de France, a redonné au sommet de la tour un aspect proche de l’état d’origine en y faisant installer des hourds en bois. Philippe Blondin, architecte pronaos, nous a expliqué le projet et les travaux auxquels il a participé.

Dans la « Grande grange », magnifique bâtiment à deux niveaux voûtés (voûte d’arêtes au rez de chaussée et en voûte brisée au premier étage), un bon feu de cheminée et un café nous attendaient. Mr et Mme Cayrel ont très bien aménagé ce bâtiment et nous les remercions pour leur accueil.

Puis nous avons pris la direction de Prades d’Aubrac où nous a rejoint Mr le maire Roger Auguy, afin de visiter la remarquable église, donnée en 1179 à l’hopital d’Aubrac. L’un des doms, Antoine André procéda à sa reconstruction autour de 1540, déçu par l’accueil réservé à son œuvre il fit placer une inscription en latin sous le porche : « il est bien difficile de faire quelque chose qui soit au goût de tout le monde »…. C’est l’une des rares églises de l’Aveyron qui possède des clefs de voûte pendantes.

En contre bas du village dans un endroit bien abrité, se cache la grange de La Salle, lieu de résidence des doms d’Aubrac au XVème siècle et lieu de naissance de François d’Estaing, évêque de Rodez (1462-1529).

C’est dans cet endroit charmant où les bâtiments sont malheureusement en partie à l’abandon, que nous nous sommes quittés après avoir partagé le verre de l’amitié.

Un grand merci à Claude qui avait organisé cette journée  de main de maître.

Merci à tous les intervenants, Nathalie, jean Yves, Didier, Jacques et Philippe.

Pour avoir plus de détails. Bibliographie non exaustive.

Petit Claude, «  Bonnefon, grange d’Aubrac », Patrimoni ,  numéro 39  juillet- août 2012, p. 3 à 7.  Numéro 40, septembre-octobre 2012, p.10 à13.

Saint-Chély d’Aubrac, Sauvegarde du Rouergue numéro 109-110-111.