La Grange de Graule(Cantal) grange fromagère de l’abbaye d’Obazine

Ce qu’il reste de la grange de Graule Photo de Claude Chappe Gauthier dans »granges fromagères d’Auvergne ».

Située à 100 km de l’abbaye d’Obazine la grange de Graule est implantée sur le plateau du limon à 1200 m d’altitude. Les premières donations surviennent vers 1147, dès l’affiliation d’Obazine à l’ordre cistercien mais la création véritable de Graule se fera sous l’abbé Robert en 1174, c’est également sous son abbatiat qu’une grange saline voit le jour à la Maurinière sur l’ile d’Oléron à 250 km de l’abbaye.

Le travail acharné des convers, déboisement, défrichage, drainage, construction a transformé ce lieu inhospitalier en une ferme d’altitude produisant du seigle et des fourrages pour l’hiver et auto suffisante pour nourrir les religieux et les habitants des villages alentours qui étaient une main d’œuvre indispensable.

Le sel depuis l’ile d’Oléron parcourait plus de 350 km pour arriver à Graule, d’abord par voie fluviale sur la Charente jusqu’à Angoulême puis à dos de mulet. Ce sel servait entre autre à la fabrication du fromage ainsi qu’à l’alimentation humaine et animale.

La production de fromage était écoulée vers Salers où l’abbaye avait une maison de ville puis vers les granges autour de Rocamadour dans le but de nourrir les pèlerins effectuant le pèlerinage marial qui était contrôlé par l’abbaye  bénédictine de Tulle.

La crise de recrutement des convers, la guerre de Cent Ans, les méfaits des routiers bouleversèrent irrémédiablement cette belle organisation et sonnèrent le glas du faire valoir direct.  Toutes les terres de Graule furent mises en fermage progressivement. Graule en ruine fut elle-même confiée à un fermier en 1377.

Les abbés d’Obazine continuèrent à recevoir les fermages et les cens en argent et en nature jusqu’à la Révolution.

Il est à noter que Graule possédait un moulin à la Bussinie au milieu de terres drainées, on peut voir encore l’admirable travail de canaux et de murs réalisés par les convers pour assécher ces prairies humides et ainsi cultiver le seigle indispensable pour leur alimentation.

L’abbaye de Valette fille d’Obazine créée en 1143 implantée sur les bords de La Dodogne a été dynamitée avant d’être noyée par le barrage de Chastang en 1950, elle possédait aussi une grange fromagère à Brocq (commune de Menet) qui a été fondée 40 ans après Graule.

 

Bibliographie

Adolphe de Rochemonteix, La maison de Graule, Monographies des villes et villages de France.1887.

Claude Chappe Gauthier Granges fromagères d’Auvergne, édition cheminements, 2007.

Bernadette Barrière, médiéviste spécialiste d’Obazine, Moines en Limousin L’aventure cistercienne , PULIM .

Et tous les articles de Bernadette Barrière sur l’abbaye d’Obazine.

Laisser un commentaire