Visite de l’abbaye de Bonnecombe

Tour Saint Bernard le 28 août 2019

Nous étions environ 70 chanceux participants, le mercredi 28 août 2019, sous un beau et chaud soleil, devant la porte Saint Bernard de l’abbaye de Bonnecombe, prêts à suivre une visite exceptionnelle de ce lieu mystérieux qui nous avait été autorisée par Mgr Fonlupt, évêque de Rodez.

La visite s’est déroulée à quatre voix :

Nicolas Revel a ouvert le feu avec des explications sur les fortifications de l’abbaye dont subsiste la porte Saint Bernard (tour sur la porte extérieure construite en 1462).

Catherine Cazelles, à l’intérieur de l’enclos, s’est interrogée sur la présence de deux églises celle du XIIème et celle du XVIIIème, transformée en grange durant la période de la restauration de l’abbaye par les moines trappistes présents à l’abbaye de 1876 jusqu’en 1965.

Jacques Miquel, orateur infatigable, a couvert tout au long de la visite l’aspect architectural en faisant remarquer les éléments médiévaux encore visibles malgré les reconstructions faites au XIXème siècle.

Thomas Poiraud, en s’appuyant sur le cartulaire a retrouvé les différents lieux de vie de l’abbaye et nous a fait découvrir devant un grand plan ( établi en 1980 par la communauté de l’Arche) situé dans le réfectoire des moines, le réseau hydraulique, en grande partie médiéval présent sous nos pieds.

Les panneaux d’exposition sur Bonnecombe et ses granges, réalisés par les services de Mr Causse (UDAP) en 2003 et exposés depuis dans le réfectoire des moines, rencontrent toujours un vif succès.

La visite s’est terminée par la découverte du jardin des moines planté d’un verger de pommiers de variétés anciennes, planté il y a une vingtaine d’année, et par celle des viviers qui étaient jusqu’à présent inaccessibles.

C’est en passant par le petit cimetière que nous avons rejoint la grange où le verre de l’amitié offert par Cisterciens en Rouergue nous attendait. Nos hôtes ont bien amélioré cette pause en apportant  de bonnes bouteilles de cidre frais.

Félicitations  pour le gros  travail effectué au quotidien à Bonnecombe et dont chacun a pu se rendre compte.  Nos encouragements les plus chaleureux  accompagnent les équipes qui sont tous les jours sur le pont. Nos souhaits vont à la réalisation des projets pour ce magnifique lieu cistercien que nous aimons tous. 

conférences à Saint Antonin le 19 Juillet 2019 : L’abbaye de Beaulieu en Rouergue

carte postale de l’abbaye de Beaulieu vers 1850

A l’invitation de Thierry Leroy, président de la Société des Amis du Vieux Saint Antonin c’est devant une salle des congrès rempli d’une centaine de personnes que Benoît Grécourt, Anaïs Faine du Centre des Monuments Nationaux et moi même avons mis le projecteur sur l’abbaye de Beaulieu en Rouergue. C’était aussi l’occasion de marquer le début prochain d’un partenariat entre le CMN et Cisterciens en Rouergue (CeR) et de présenter les premiers résultats du groupe de Recherche de Beaulieu de CeR composé de Geneviève Moles, Monique Muratet , Alain Gilbert, dont je suis le coordinateur.

La soirée a d’abord débuté par l’évocation de l’histoire de l’ancienne abbaye au XIXème siècle, inaugurant ainsi la thématique de notre future journée d’étude de septembre 2020. Il se trouve que ce sujet a déjà été particulièrement bien étudié dans les travaux de Georges Julien de 1983 publié dans le Bulletin de la Société et ceux de Dominique Perchet de 2017 disponibles en ligne sur le site internet très informatif de la SAVSA. Un diaporama avec certains documents encore non présentés au public accompagnait cette présentation.

Puis Benoît Grécourt a présenté le grand projet de refonte du musée d Art Contemporain, une biographie de Pierre Brache et Geneviève Bonnefoy et la composition de la collection d’œuvres. Daniel Cadillac de l’association Culturelle de Beaulieu est aussi intervenu.

Pour ceux et celles qui n’auraient pas pu venir, la piste audio de cette soirée est disponible sur le site de la SAVSA, www.Savsa.net.

Nicolas Revel

Coordinateur du groupe de Beaulieu pour Cisterciens en Rouergue.

Concert de clarinettes du conservatoire de musique de Rodez le 29 Juin 2019 à Is (Onet le chateau)

Nous avons reçu le 29 Juin 2019 à Is, les classes de clarinettes du conservatoire de musique de Rodez, dirigées par Mr Houdart, pour leur concert de fin d’année.

Les répétitions se sont déroulées le matin dans la cour de la grange cistercienne bien à l’abri du soleil entre le four à pain et la tour du XVème.

Le soir pour le concert c’est devant « le grand portal » que les jeunes musiciens ont trouvé une ombre fraîche.

Merci aux sympathiques professeurs , accompagnants et à tous ces jeunes ils nous ont apporté la musique. Nous leurs avons apporté en échange un peu d’histoire cistercienne.

Concert de clarinettes le 29 juin 2019 à Is Photo CeR

Loc-Dieu le 1er juin 2019

Le chevet de l’église de l’abbaye de Loc-Dieu et le grand cèdre planté au milieu du XIXème siècle. Photo CeR

Nous remercions au nom de tous les heureux participants, Marie Hélène et Camille de Montalivet qui nous ont accueillis gracieusement à l’abbaye de Loc Dieu en cette belle matinée du 1er juin 2019.

 Par deux fois Cisterciens en Rouergue a été invité par l’Université des Savoirs Partagés  pour des communications à Villefranche. Nous les avons donc conviés à partager avec nous la matinée de communications organisées par Cisterciens en Rouergue et la belle visite de l’abbaye qui a suivi.

Compte rendu des communications le 1er Juin 2019 à Loc Dieu

  • Loc Dieu à la croisée des chemins. Laurent Barthe, enfant de Villefranche journaliste au Villefranchois,  auteur de nombreux livres sur l’histoire de Villefranche et en particulier  du « Chemin de nos ancêtres ».

Avant l’implantation de Loc Dieu en 1123 un importante réseau de chemin existait déjà : au nord c’était la draye du moyen Quercy à l’Aubrac ou voie romaine de Cahors à Rodez (Marroule, Martiel, Villeneuve, Saint-Igest). Au sud c’était la draye du bas Quercy en Aubrac (Caylus, Villefranche). Loc Dieu s’est installée au milieu, sur une ancienne draye devenue voie romaine qui passait par Elbes, Savignac,Toulonjac, Maleville.

Rapidement Loc Dieu va attirer les pèlerins se rendant à Saint Jacques de Compostelle qui n’hésiteront pas à dévier de leur chemin traditionnel pour profiter de l’hospitalité de l’abbaye. De nouveaux itinéraires vont apparaître.

Lieu de prière et de recueillement Loc Dieu n’était pourtant pas dans un lieu isolé, placée à la croisée des chemins commerciaux et d’hospitalité des voyageurs.

  • Relations entre l’abbaye de Loc Dieu, propriétaire de la grange de l’Albenque et la paroisse de Saint Memory. Marie Hélène de Montalivet, propriétaire de Loc Dieu.

 L’abbaye de Loc Dieu et ses possessions avaient été protégées et exemptées de dimes par une bulle pontificale de Luce III (1181-1185). Le concile de Latran corrige cette décision : les religieux devront payer la dime pour leurs possessions acquises après 1179.

Le curé de Saint Memory, paroisse proche de l’Albenque, grange de l’abbaye de Loc Dieu, acquise dès la fondation avant 1179, lance pourtant une procédure pour recevoir la dîme sur L’Albenque. De nombreux procès suivront avant d’aboutir à un accord.

Vendue pour renflouer le trésor royal sous Charles IX (1565), l’Albenque est rétrocédée à l’abbaye. Au moment de la vente des biens nationaux Loc Dieu possédait encore des rentes sur l’Albenque. Les bâtiments quant à eux appartenaient aux lazaristes de Villefranche.

  • L’abbaye de Chambons, fille de Loc Dieu puis de Bonneval. Catherine Cazelles, co-présidente de Cisterciens en Rouergue.

En 1153, Guillaume de Borne, lointain seigneur du Vivarais donne au deuxième abbé de Loc Dieu Amiel et à ses frères une terre pour y fonder une abbaye bénédictine : Ce sera l’abbaye des Chambons fille de Loc Dieu.

La nouvelle abbaye attire la convoitise de sa voisine, la très puissante abbaye cistercienne de Mazan et de son abbaye fille nord aveyronnaise, Bonneval.

Les grandes difficultés économiques de Loc Dieu occasionnées par la construction de son abbatiale l’oblige à demander une aide financière à Bonneval. En contre partie Bonneval devient l’abbaye mère des Chambons et  fait rentrer cette dernière dans la puissante famille de l’abbaye de Mazan. (Voir tableau des filiations).

Tableau de filiation de l’abbaye des Chambons carte Bernadette Barrière
  • Réhabilitation de Loc Dieu (1848-1880). Camille de Montalivet, propriétaire de Loc Dieu.

En 1813 Louis Cibiel achète Loc Dieu qui avait été vendu à la Révolution comme propriété agricole.

Vincent Cibiel transforme Loc Dieu en maison de campagne aménageant l’aile est : salle capitulaire et au dessus le dortoir des moines (1847 pour cette première tranche de travaux).

Alfred Cibiel, son neveu s’entoure de l’architecte Paul Gout élève de Violet Leduc de gros travaux d’aménagement d’un escalier dans la tour donjon à l’angle sud- est permet de mettre en communication toutes les ailes et donc d’investir l’espace.

Harmonie, efficacité, sobriété sont le résultat de toutes ces années de réhabilitation de Loc Dieu conduite par la famille Cibiel.

Sur le chemin des granges fortifiées de l’abbaye de Bonneval de La Vayssière à Galinières Première étape le 11 mai 2019 de la grange de La Vayssière à Gillorgues

Le départ devant la « Grange de La Vayssière » le 11 Mai 2019 Photo CeR

Le ciel ne prévoyait rien de bon pour cette première étape du chemin des granges fortifiées du Causse qui nous a conduits de La Vayssière à Gillorgues. Pourtant 13 courageux marcheurs cisterciens étaient au rendez-vous  au pied de la tour.

C’est sous la houlette de Jean Marie Malgouyres, président d’honneur du comité départemental FFR Aveyron, qui a été l’artisan du chemin, que la petite troupe a parcouru le Causse en évitant au maximun les passages sur la route.

Les haltes historiques se sont enchainées devant les grands domaines : La Vayssière, Lesclauzade, Sagnes, Dalmayrac, que certains participants connaissaient déjà, ce qui a permis de nombreux échanges.

Notre itinéraire collant au maximun aux les vieux chemins, nous a conduits près de beaux dolmens du Causse.

A Seveyrac, Anne Rieucau nous avait préparé le repas et 4 marcheurs nous attendaient pour continuer le parcours de l’après midi.

Nous avons repris notre pérégrination vers Les Brunes puis Aboul où malheureusement la pluie à laquelle nous avions échappé toute la journée nous a rattrapés et c’est au pas de course et sous les parapluies que notre expédition s’est terminée à Gillorgues en écourtant les pauses historiques….

Merci à tous pour cette belle promenade conviviale. La deuxième étape entre Gillorgues et Les Bourines , grange de l’abbaye d’Aubrac, est en préparation et vous sera proposée en automne. Puis l’étape finale avec l’arrivée à Galinières se fera au printemps 2020.

Devant Le Chateau de Sagnes belle propriété du Causse le 11 mai 2019 Photo CeR

 

 

Les cisterciens dans le canton de Rignac (Aveyron)

Belcastel, Ruffepeyre, Anglars et Saint- Félix

Comment les moines cisterciens de Bonnecombe ont forgé un territoire.

Eglise Saint Clair d’Anglars Photo CeR

Le 11 Avril 2019 dans le cadre des rencontres citoyennes de Rignac a eu lieu une soirée  animée par Nicolas Revel, Albert Bibal et Thierry Adhumeau.

Situé à mi distance entre Rodez et Villefranche et sur la draye qu’empruntaient les troupeaux pour aller du Quercy en Aubrac, le lieu était stratégique. L’installation des moines de Bonnecombe dans le canton de Rignac date du premier tiers du XIIIème siècle.

Albert Bibal (voir bibliographie) nous a fait découvrir l’église Saint Clair d’Anglars donnée par l’évêque de Rodez à l’abbé de Bonnecombe en 1225. Son clocher est une tour refuge et elle abrite un bénitier du XVII ème siècle, classé Monuments Historiques, qui proviendrait de l’abbaye de Bonnecombe.

Thierry Adhumeau nous a brossé l’histoire tourmentée de la riche Grange de Saint-Félix convoitée tour à tour par les anglais, les routiers, les seigneurs alentours. De solides défenses furent construites pour assurer sa protection qui au fil du temps devenues inutiles disparurent.

Nicolas  Revel qui a évoqué Ruffepeyre (voir bibliographie) et Belcastel, a mené la rencontre ; de nombreuses questions ont été posées aux conférenciers et un appel a été lancé pour conserver la mémoire orale et le petit patrimoine du canton.

 

Bibliographie : à commander sur le site : unionsauvegardedurouergue.com

Sauvegarde du Rouergue, l’église Saint Clair d’Anglars, numéro 83.

Sauvegarde du Rouergue, Ruffepeyre, numéro 91.

De gauche à droite :Thierry Adhumeau, Albert Bibal, Nicolas Revel. Photo CeR

 

 

 

 

 

Les granges de Loc Dieu le 30 Mars 2019

Devant la tour du » Château « de Fontaynous, grange de l’abbaye de Loc Dieu. Photo L Barthe.

C’est dans la commune de Martiel où sont  situées Loc Dieu et une de ses quatre granges : Fontaynous, que les participants à la première journée de Cisterciens en Rouergue consacrée à Loc Dieu, avaient rendez-vous le samedi 30 Mars 2019.

Nous avons été chaleureusement accueillis  par le maire Monsieur Guy Marty ainsi que par Monsieur Francis Poulet, président très actif de l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel et Naturel de Martiel, qui nous a servi de guide dans la découverte d’une partie du riche patrimoine de Martiel.

Pour aller de Marroule à Fontaynous nous avons suivi un très beau chemin longeant le lac de Bannac et nous avons pu visiter un des moulins de Fontaynous très bien restauré.

La tour en ruine de Fontaynous nous a fait comprendre l’importance de cette grange devenue résidence des abbés commendataires après le partage des biens de l’abbaye entre les religieux et les abbés en 1683.

Après le repas partagé à La Bergerie à Marroule nous nous sommes regroupés à la mairie de Martiel dans la salle du Conseil Municipal aimablement mise à notre disposition pour les communications. Catherine Cazelles a fait un inventaire et historique des granges de Loc Dieu. Jacques Miquel s’est concentré sur la grange de Marinesque (commune de Naussac) dont il a pu réaliser une étude approfondie.

Nous sommes sortis de notre cadre cistercien avec la visite de l’église et du village de Martiel au milieu duquel trône une imposante tour refuge.

Nous serions  bien restés un peu plus pour feuilleter les superbes catalogues de photos anciennes et de cartes postales patiemment collectées par l’association présidée par Francis Poulet, mais il fallait quitter nos amis de Martiel car nous étions attendus à Merlet ( commune de Colombies), grange de Loc Dieu la plus à l’Est sur le Ségala.

A Merlet, Marie France Bou nous a fait faire le tour du propriétaire  et nous avons pu découvrir les remarquables pierres gravées heureusement sauvegardées. Dans « la vieille cuisine »  un copieux goûter que nous avons tous apprécié nous attendait.

Cette belle journée aura une suite puisque le 1er Juin 2019 nous nous retrouverons à Loc Dieu où Marie Hélène et Camille de Montalivet nous accueilleront pour des communications et la visite de Loc Dieu le matin et notre Assemblée Générale l’après midi.

Merci à toute l’équipe dynamique de Martiel, vous nous avez donné envie de parler de tout ce que vous entreprenez dans la commune et de revenir pour voir ce qu’on a pas eu le temps de découvrir…

 

Pour ceux qui veulent en savoir plus :

  • Numéro 115 de Sauvegarde du Rouergue Consacré à Martiel.
  • Les granges de Loc Dieu voir le texte et la bibliographie sur le site

 

Fin du cycle d’étude de la grange cistercienne de Ruffepeyre

Le groupe d’étude sur la grange cistercienne de Ruffepeyre (dépendant de l’abbaye de Bonnecombe) a bien travaillé et arrive au bout de son cycle de travail qui a été organisé ainsi:

Le 6 août 2018: étude introductive – géologie-toponymie.

Le 19 septembre 2018 : étude archéologique pré-médiévale.

Le 15 décembre 2018: étude documentaire et historique ou étude des sources.(aux archives départementales de l’Aveyron).

Le 11 Janvier 2019: atelier pratique d’étude et de numérisation des chartes.(aux archives départementales de l’Aveyron).

Le 23 mars 2019: étude du bâti. Dont voici le compte rendu:

C’est sous un beau soleil de printemps,  que le groupe de recherche sur Ruffepeyre, élargi à l’occasion à toutes les personnes intéressées par la thématique du jour qui était : L’étude du  bâti, s’est réuni le 23 Mars 2019.

Le matin, Philippe  a présenté la démarche globale et scientifique de l’étude d’un bâti historique avec un exemple d’étude sur la caponnière de Galinières suivi d’un atelier pratique et au soleil !qui avait pour thème le repérage sur les élévations de la tour de Ruffepeyre  des « Unités Stratigraphiques de Construction ».

Après un pique-nique tiré du sac, arrosé du bon vin de Marcillac de Gilbert , ce fut au tour de Scarlett  de présenter son étude sur les peintures murales de la salle d’apparat, ou « chambre du seigneur abbé » située au second étage de la tour.

Enfin, en conclusion,  tous les modules possibles concernant l’étude du Bâti – ont été repris avec des exemples pris à Ruffepeyre – que l’association pourrait couvrir systématiquement lors de nos investigations sur les sites cisterciens du Rouergue.

Un grand merci à Philippe, Scarlett et Alain  pour leurs recherches et leurs découvertes et à tous  pour votre participation à la journée.

En fin de journée un « jeu-concours » a été proposé: Une analyse en dendrochronologie va être envoyée, il s’agit de proposer une date pour la construction de la tour se rapprochant le plus du résultat de l’analyse.

Le dernier atelier du groupe de recherche sera celui de la conservation & restauration du Bâti, date prévue pour début septembre mais qui sera précisée plus tard.

Observation durant les travaux pratiques de l’étude du bâti de Ruffepeyre photo CeR

 

 

 

 

 

Epiphanie à Bonneval le 5 Janvier 2019

Pour la troisième fois, l’année de Cisterciens en Rouergue a été inaugurée avec la Communauté de Bonneval qui nous a accueillis chaleureusement pour fêter l’Epiphanie.

A 14h30 c’est à l’appel des cloches que nous nous sommes rassemblés dans l’abbatiale pour assister à l’office de None   (cinquième office de la journée).

Nous avons repris notre petit cours de Spiritualité Cistercienne où nous l’avions laissé en 2018. Sœur Anne Claire a su mettre à notre portée la Règle de Saint Benoit dont on a pu saisir toute la mesure et la pondération. Les nombreuses questions qui ont suivi ses brillantes explications témoignent du vif intérêt de l’assistance.

Puis nous avons partagé avec la Communauté la traditionnelle galette des rois, moment  de dialogue et de convivialité où nous ressentons tous le plaisir d’être ensemble.

Mais déjà la cloche sonnait les Vêpres: Tel un vol d’hirondelles nos amies nous ont quittés.

Merci  Mère Michèle, sœur Anne Claire et toute la Communauté pour le privilège que vous nous faites en nous accueillant à Bonneval. Ce rendez-vous en début d’année devenu traditionnel nous procure une grande joie qui va nous porter jusqu’à l’année prochaine.

le 5 Janvier 2019 à Bonneval photo CeR